TEXTE CRITIQUE

Humanité(s

Commande publique | Conseil Départemental de La Réunion

Place des droits de l'homme et de la laïcité | Saint-Denis

Installation | 4x4x7m | 12016

 

Humanité(s

C'est la terre qui façonne sa recherche plastique et esthétique et c'est sur tout le territoire de l'île et ailleurs qu'il disperse des créations insolites qui interpellent les passants, ses spectateurs, ses visiteurs.

Dans ses installations in situ c'est la terre et sa planéité qui l'inspire et sur laquelle il appose des marques, des traces, des lignes et des cercles : des formes graphiques géométrisées qui évoquent des espaces de rituel magique.

Une horizontalité souvent associée à l'élévation des chaumes de bambou.

Cette construction de base qui semble être un principe récurrent chez l'artiste se retrouve dans « Humanité(s » oeuvre conçue spécialement pour la place des droits de l'homme et de la laïcité à Champ-Fleuri inaugurée en décembre 2016.

Au sol ce sont quatre figures géométriques qui marquent les angles d'un grand carré et sont orientées aux quatre directions des pays à l'origine du peuplement de l'île : l'Inde, l'Europe, la Chine et l'Afrique.

 

Elles sont creusées dans le sol. Les parois de ces fosses sont tapissées de lamelles en bois de goyavier tressées, mêlées, délicatement imbriquées les unes dans les autres et protégées par une vitre. Cet aspect précieux souligne une forme originale de diamant facetté et coupé en biseau, enfoui dans la terre.

Cette figure symbolique au sol s'organise autour d'un cercle à partir duquel s'élèvent des chaumes de bambous en bouquet irrégulier. Des inscriptions y sont gravées qui sont des pronoms représentant, remplaçant les noms de tous ceux qui composent cette population diverse et métisse.

 

Comme dans les oeuvres précédentes : « Portail(s Mozambique-Réunion, 2010 » ; « Portail(s Maurice-Réunion, 2012 » ; « Réunion 2013 » ; « Domaine de Chamarande, 2013 » et « Interface(s, Festival Zétinsel, Arborétum de l'Entre-Deux, 2014 » qui sont autant de territoires mystérieux et enchantés, « Humanité(s » apparaît comme un espace chamanique et magique où le parcours oriente vers l'extérieur comme une boussole et concentre l'élan vital à l'intérieur.

 

Proche des mandalas d'Extrême-Orient, « Humanité(s » invite à la contemplation et à la méditation.

A la réflexion sur l'histoire de l'île de La Réunion qui n'est pas vraiment une terre des origines puisque celles-ci puisent dans le tourbillon des Océans et des migrations de populations venues de territoires proches et lointains : la France, l'Afrique, l'Inde, la Chine. Dans le Sud-ouest de l'Océan Indien, La Réunion, vierge île tropicale, fut un point d'ancrage dans le vaste océan pour les navires qui dès le XVIIe siècle croisaient le long de la fameuse route des Indes.

Ce rayonnement à grande échelle, au-delà des mers, Xavier Daniel le matérialise au sol par ces pointes de diamant orientées aux quatre continents à l'origine des populations qui sont, à présent, liées, tressées, mêlées, tissées.

La force symbolique de cette histoire se retrouve au centre de l'oeuvre qui manifeste l'énergie créatrice. L'élancement des chaumes de bambou qui en strates, par étapes, montent, s'élèvent et grandissent.

 

L'île de La Réunion émerge de l'Océan Indien telle une rose des vents dont le devenir métaphorique suggère une puissance en constante évolution.

HUMANITÉ(S
C. de Fondaumière
NANOCOSME
X. Daniel
CRÉATION DES MONDES
C. Fauvre-Vaccaro

ÉCOSYSTÈME(S
X. Daniel
CONVERGENCE
IN SITU
C. Alastor
LA COMMANDE
DE GAÏA
C. Bonniol
ART ET SCIENCE
M. Paternoster
STRADDA -
MOUVEMENT
J. Bordenave
AUTEURS

— Caroline de Fondaumière, historienne de l'art,

Directrice de l'Artothèque du Département de La Réunion

  • Xavier Daniel sur Facebook
  • Xavier Daniel sur Instagram

© 2018 Xavier Daniel

WebDesign: Valérie Abella

Mentions légales